Un sourire pour le Nepal


Beaucoup de photo sont prises par Pauline Caplet, photographe professionnelle. Merci de lui faire confiance.
www.paulinecaplet.com
Love pauline, je ne te le dirai jamais assez ;o)


Ce fut le 23 février 2012 à Katmandu
la première école "Ecole Amarjyoti"

Ils devaient être 300 enfants... J'étais dehors, je sortais du bus dans un état second tellement je stressais de faire un pestacle en "pas français" devant des doudous qui vivent de l'autre coté du Monde... De dehors, je les entendais... ils m'attendaient...
Il a fallut que j'aille chercher mes tripes tout au bout de mes doigts de pied... Comment allaient ils réagir ? (Un enfant ardennais ne réagit deja pas de la même façon qu'un enfant marnais... là j'étais à 7500 km de la France...)
Je me maquille devant eux... en tremblant... :o)
Et là, plein d'autres écoliers descendaient les escaliers de partout... ils étaient plus de 500, en haut , à droite, en bas, sur les cotés... PARTOUT.
je n'ai jamais eu autant le trac, JAMAIS.

Mais que de bonheur, pendant, après.... On a échangé, partagé des mots, des calins, des impressions....
Ô que ce fut Magique !


Le 25 février
Une autre école à Katmandu "école Gyanodaya"


Cet échange fut différent. Le grand stress de la veille était passé. Je savais maintenant comment les doudou réagiraient.Ma prestation fut plus construite.

Je suis arrivée, ils étaient tous en rond, que les petits au début, et ensuite, les plus grands sont descendus de leur classe (toujours par les escaliers, lol) pour grossir le cercle dans la cour.
Cependant, ce n'était pas tout. Les anciens du quartier ont ouvert les portes de l'école à TOUT le MONDE. Les enfants non scolarisés, les parents, grand parents, bref TOUT le QUARTIER était dans l'école voir cette personne bizarre au nez rouge !
Ce fut encore grandiose... Moi en France qui ne veut pas travailler sans micro à cause de mes cordes vocales, ici je ne me suis pas posée de question : ma voix fut forte et puissante instantanéement.
Une distribution de cahier et de nez s'est effectuée dans une "désorganisation organisée" directement dans la cour de l'école.
Des filles venaient me voir pour avoir un bisou, un calin (attitude pas commune au Népal).
j'entendais "tu es belle" "quand reviens tu ?"... j'échangais quelques mots en népali, en français. Ils ont une capacité à retenir ces petits bouts.

Des moments que personne n'oubliera, des visages, des ambiances...